Quand la droite doute !!

Publié le par Animateur Fédéral

La droite serait-elle en train de se rendre compte que sa loi sur le CPE serait une erreur?

L'actuelle  majorité commence à être assaillie de doutes. Le premier à demander, mercredi, lendemain de la grande journée de mobilisation , «la suspension» du CPE a été le député (UMP) du Maine-et-Loire, Hervé de Charette, proche du ministre de l'Intérieur, un certain Sarkozy . Bien sûr , les motivations de De Charette ne sont pas les mêmes que les notres .Selon lui , ce projet proterait préjudice à la droite pour 2007 . Il n'a peut être pas tort sur ce point d'ailleurs . Les gens dans la rue aujourd'hui n'oublieront pas demain les attaques perpetuelles de la droite contre  nos droits sociaux : retraites , securité sociale , droit du travail ,35 h ,. ... . Bref , cette demande de suspension n'a pas été du gout de tout le monde ....certains députés et sénateurs de l'UMP voyant là encore la trace de leur président pour déstabiliser encore un peu plus (si cela été encore necessaire !!!)  leur 1er ministre .

Pendant qu'on se déchire une fois de plus entre les présidentiables de l'UMP , le scepticisme gagne les rangs les plus hauts, jusqu'au gouvernement. Ce matin , Jean-Louis Borloo lui-même, oui oui le ministre de la presumé "égalité des chances" a exprimé son incertitude à propos du CPE : «Dans ce genre de chose, le doute n'est pas une marque, forcément, d'imbécillité», a-t-il remarqué sur RTL. Il n'a pas voulu se prononcer sur la suspension du contrat première embauche, répondant de manière sibylline : «Pour l'instant , on en est d'abord à expliquer et ensuite à essayer de répondre aux interrogations complémentaires»...Leur manière d'expliquer et de répondre aux interrogations est de passer en force à l'ensemble , rester sourd face à la mobilisation , et voter , vite fait bien fait , le texte ce matin au parlement ?? Nous n'avons décidemment pas la même vision du dialogue .

Et le meilleur pour la fin...: Laurent Wauquiez (tout jeune député UMP, Haute-Loire).  a suggéré à France Info,  une expérimentation du CPE, avec «une clause de rendez-vous dans six mois». Il a aussi exprimé ses «réserves», soulignant qu'à ses yeux, il n'est pas «la solution miracle». «Il y a des députés UMP qui se disent : ”Est-ce que c'est vraiment le bon choix, est-ce que c'est ça qu'il faut faire ?” Mais en même temps, il y a quand même une mobilisation et le sentiment qu'on a envie de continuer à faire des choses, à faire avancer les choses.»

Voilà ce qu'il se passe en face quand nous nous mobilisons pour faire entendre notre révolte contre ce Contract Précarité Exclusion...

Publié dans Dossier CPE

Commenter cet article