Sur Europe 1 , écoutez du Sarkozy 24h/24

Publié le par Animateur Fédéral

Europe1, ou la nostalgie de l’ORTF

Le 22 février, le Canard Enchaîné indique dans ses colonnes que Jean-Pierre Elkabbach, directeur d’Europe 1, qui doit recruter un journaliste politique pour remplacer Caroline Roux, a fait appel à Nicolas Sarkozy pour le conseiller dans son choix. Ce journaliste aura pour mission de suivre la campagne présidentielle à l’UMP.


Après avoir été pris la main dans le sac, les deux protagonistes, loin de contester les faits, les justifient. À leurs yeux, cela n’est en aucun cas une atteinte à l’indépendance des médias vis-à-vis du pouvoir politique, bien au contraire. Ainsi, le Ministre de l’Intérieur trouve cela « normal », car il a été « ministre de la Communication » et en plus il « les connaît bien, les journalistes ! ».

Cet événement est la marque de fabrique de Nicolas Sarkozy, pour lequel les médias n’ont qu’un seul rôle servir sa cause et ses ambitions. Pour cela, il peut compter sur des amis bien placés, tel Arnaud Lagardère, propriétaire de la station ou Jean-Pierre Elkabbach, directeur de cette même radio. De telles pratiques sont autant de menaces pour notre système démocratique, dont l’indépendance de la presse, la liberté d’expression et la diversité des opinions sont un pilier fondateur. Cela révèle aussi, la volonté non dissimulée de Nicolas Sarkozy de contrôler les médias dans la perspective de 2007.

Quand Tf1 se vante de vendre à Coca-Cola du temps de cerveau disponible, Europe 1 prête gracieusement nos oreilles à Nicolas Sarkozy. De telles pratiques, digne de l’ORTF, remettent en cause l’équilibre des pouvoirs dans notre pays et rappellent des heures assez sombres de notre histoire, celles de la censure et de la propagande officielle.

Le Mouvement des Jeunes Socialistes tire ainsi la sonnette d’alarme, sur les tentations autoritaires et liberticides du Ministre de l’Intérieur, car de plus en plus la France d’après, qu’il nous promet, ressemble à une vieille France qu’on aurait préféré oublier.

Commenter cet article