Chirac a compris....

Publié le par ANIMATEUR FEDERAL

 Chirac à la France :

« J’ai compris et je vous emmerde... »

 



Jacques Chirac n’a vraisemblablement, une nouvelle fois, pas bien entendu et compris le message des Français, notamment des jeunes, dimanche dernier. Inévitablement, beaucoup de Français ont exprimé une nouvelle fois leur ras-le-bol de la politique de classe menée par la droite depuis son arrivée au pouvoir. La fracture sociale dénoncée par Chirac en 1995 n’a jamais été aussi forte qu’aujourd’hui, amplifiée par les conséquences d’une politique qui a opposé les salariés du public à ceux du privé, les jeunes aux personnes âgées, et les Français aux étrangers. Diviser, affaiblir, casser : tel a été le triptyque de la politique conduite par Chirac, Raffarin, Sarkozy et De Villepin ces trois dernières années.

Ce qui a été sanctionné par les citoyens ce dimanche est avant tout une politique et non uniquement un gouvernement. Massivement, les Français se sont déplacés pour s’opposer à une politique européenne libérale qui trouve son prolongement dans l’action du gouvernement français et pour demander un changement de cette orientation politique. La montagne a accouché de deux souris : De Villepin est 1er ministre, Sarkozy est 1er ministre bis, ouvrant ainsi un nouveau type de cohabitation au sein même du gouvernement.

Encore une fois Chirac reste sourd aux problèmes des Français qui ont exprimé un mal bien plus profond. Un changement de Premier Ministre ne résoudra pas la crise que vit notre pays aujourd’hui et surtout ne répond pas au vote de dimanche dernier. Les jeunes demandent une nouvelle politique afin de croire de nouveau en l’avenir. De Villepin ou Sarkozy ne peuvent apporter ces réponses dont nous avons besoin. Le message de Chirac est donc clair, « j’ai compris, je vous emmerde ».

Le Mouvement des Jeunes Socialistes demande à la droite française de prendre la mesure de la crise profonde de notre pays. Un cataplasme Villepin-Sarkozy ne suffira pas. Pire, personne ne croit encore aux mensonges de Chirac, qui redécouvre la fracture sociale de 1995, et qui assigne au gouvernement l’objectif « prioritaire » de lutter contre le chômage. Dix ans d’échecs personnels sont aujourd’hui synonymes d’échec de la France.



S’il était à la hauteur de ses fonctions, Jacques CHIRAC devrait tirer toutes les conclusions de sa politique et de ses conséquences sur notre pays en démissionnant de ses fonctions.

 

 Communiqué de Presse du MJS National

 

Commenter cet article