Non à l'homophobie institutionnelle

Publié le par Animateur Fédéral

Le Mouvement des jeunes socialistes souhaite dénoncer ce qu’il qualifie d’homophobie institutionnelle.
Refuser l’ouverture du mariage civil aux couples homosexuels ou leur refuser la possibilité d’adopter est une discrimination organisée par la loi. De ce point de vue, il est légitime de parler d’homophobie institutionnelle.
Il est de principe constitutionnel que la loi est la même pour tous. Or, certaines lois, comme le mariage, sont appliquées au regard de l’orientation sexuelle de ceux qui souhaitent les invoquer. Il serait saugrenu d’interroger la sexualité du contribuable quand il remplit sa feuille d’imposition tout comme il serait ridicule de le questionner à ce sujet quand il réclame un permis de construire.
Les réticences du legislateur tiennent à des considérations aussi plurielles que personnelles. Vertu du mariage sur la construction de la famille, origine religieuse de cette institution, ... l’honneur d’une République laïque est pourtant de se débarasser de la dimension affective qui passionne le débat.
Tant que nos députés et sénateurs ne se seront pas emanicipés de leurs préjugés, tant qu’ils n’auront pas le courage de lever les discriminations qui frappent les personnes homosexuelles, il y aura lieu de considérer la France comme un Etat homophobe.
La campagne contre cette homophobie institutionnelle est le prolongement d’une position claire du MJS défendue depuis plusieurs années qui réclame l’ouverture du mariage aux couples homosexuels et qui souhaite affirmer dans la loi leur droit à l’adoption. Ces revendications sont l’objet d’une des douze propositions du MJS pour 2007.

Commenter cet article