Unis à travers les frontières contre la loi Sarkozy

Publié le par Animateur Fédéral

Les Jeunes Socialistes Maliens (J-ADEMA), Béninois (J-PSD), et Français (MJS) dénoncent ensemble la politique d'immigration de Sarkozy
Nous dénonçons la visite de Sarkozy au Mali et au Bénin et nous nous associons aux protestations des députés de la région de Kaye qui dénoncent la provocation du ministre français. Le concept d’immigration choisie est un scandale. Il est en soit porteur de sous-développement pour les pays africains. La fuite des cerveaux est d’ors-et-déjà une réalité affaiblissant les systèmes de santé, d’éducation, nos forces productives. Nous refusons cette logique qui passe par l’exploitation d’une main d’œuvre peu qualifiée et le pillage des cerveaux africains.

Nous surveillerons particulièrement le discours que prononcera Sarkozy à Cotonou sur la politique africaine de la France et dénonçons par avance toute volonté de mettre en oeuvre une 'Françafrique Sarkozienne', digne héritière des réseaux Chirac. Jeunes socialistes de France et d’Afrique, nous voulons reconstruire ensemble des relations politiques, diplomatiques, économiques sortant des logiques néo-coloniales qui ont trop souvent perduré entre nos différents pays.


Déclaration contre l’immigration « Choisie »
des organisations de Jeunesse Socialiste d’Afrique et du MJS- France

Nous, Jeunes de l’Adema PASJ du Mali, Jeunes du PSD du Bénin, et du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS) de France, tenons à affirmer une position commune sur la question des migrations, conscients de la nécessité de réfléchir ensemble à ces thématiques globales.

Nous nous inquiétons du développement des discours populistes en France et d’autres pays d’Europe consistant à faire porter sur le dos des étrangers le poids des difficultés économiques et sociales. Nous refusons les discours xénophobes faisant de tout étranger un criminel potentiel. Nous sommes préoccupés par les conditions d’accueil des immigrés en France, en Europe et la ghettoïsation rampante, aux conséquences dramatiques comme on a pu le voir lors de la série de la crise des banlieues l’été dernier en France.

A l’heure où la droite française tente de faire adopter, par le biais de son ministre de l’intérieur une nouvelle loi sur l’immigration, nous dénonçons ensemble une logique répressive, attisant les haines envers les immigrés en France, et porteuse de grands dangers quant au développement des pays africains.

Le concept d’immigration choisie est un scandale. Il est en soit porteur de sous-développement pour nos pays en Afrique. La fuite des cerveaux est d’ors-et-déjà une réalité affaiblissant les systèmes de santé, d’éducation, nos forces productives. Nous refusons cette logique qui passe par l’exploitation d’une main d’œuvre peu qualifiée et le pillage des cerveaux africains.


Il est nécessaire pour la Gauche de porter ensemble, dans nos différents pays, une politique d’immigration de gauche, alternative à la logique strictement sécuritaire ou économique de la droite. Nous devons nous entendre sur un constat qui ne s’alimente pas de fantasmes mais au contraire s’inscrit dans la réalité des flux migratoires, de l’histoire, et de l’apport des migrations en France, en Europe et en Afrique, qui prennent en compte les situations humaines.

Nous sommes en faveur d’une réelle politique de co-développement. La dette doit être annulée, les mécanismes d’aide et de coopération revus. Le financement du développement doit être assuré.

Nous dénonçons par ailleurs ensemble la politique de contrôle extérieur de l’Union Européenne et celle de l’externalisation à des pays tiers. Il ne s’agit pour nous que d’une politique d’abattage. L’Europe forteresse est à l’opposé de nos valeurs internationalistes.

« Ensemble, construisons un monde de paix, de démocratie et de prospérité dans la solidarité. »
Vivement le co-Développement

Ce jour 16 Mai 2 006

Déclaration contre l’immigration « Choisie » des organisations de Jeunesse Socialiste d’Afrique et du MJS- France Nous, Jeunes de l’Adema PASJ du Mali, Jeunes du PSD du Bénin, et du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS) de France, tenons à affirmer une position commune sur la question des migrations, conscients de la nécessité de réfléchir ensemble à ces thématiques globales. Nous nous inquiétons du développement des discours populistes en France et d’autres pays d’Europe consistant à faire porter sur le dos des étrangers le poids des difficultés économiques et sociales. Nous refusons les discours xénophobes faisant de tout étranger un criminel potentiel. Nous sommes préoccupés par les conditions d’accueil des immigrés en France, en Europe et la ghettoïsation rampante, aux conséquences dramatiques comme on a pu le voir lors de la série de la crise des banlieues l’été dernier en France. A l’heure où la droite française tente de faire adopter, par le biais de son ministre de l’intérieur une nouvelle loi sur l’immigration, nous dénonçons ensemble une logique répressive, attisant les haines envers les immigrés en France, et porteuse de grands dangers quant au développement des pays africains. Le concept d’immigration choisie est un scandale. Il est en soit porteur de sous-développement pour nos pays en Afrique. La fuite des cerveaux est d’ors-et-déjà une réalité affaiblissant les systèmes de santé, d’éducation, nos forces productives. Nous refusons cette logique qui passe par l’exploitation d’une main d’œuvre peu qualifiée et le pillage des cerveaux africains. Il est nécessaire pour la Gauche de porter ensemble, dans nos différents pays, une politique d’immigration de gauche, alternative à la logique strictement sécuritaire ou économique de la droite. Nous devons nous entendre sur un constat qui ne s’alimente pas de fantasmes mais au contraire s’inscrit dans la réalité des flux migratoires, de l’histoire, et de l’apport des migrations en France, en Europe et en Afrique, qui prennent en compte les situations humaines. Nous sommes en faveur d’une réelle politique de co-développement. La dette doit être annulée, les mécanismes d’aide et de coopération revus. Le financement du développement doit être assuré. Nous dénonçons par ailleurs ensemble la politique de contrôle extérieur de l’Union Européenne et celle de l’externalisation à des pays tiers. Il ne s’agit pour nous que d’une politique d’abattage. L’Europe forteresse est à l’opposé de nos valeurs internationalistes. « Ensemble, construisons un monde de paix, de démocratie et de prospérité dans la solidarité. » Vivement le co-Développement Ce jour 16 Mai 2 006

Commenter cet article