Sécurité contre liberté

Publié le par Animateur Fédéral

Communiqué de Presse du MJS National :

Jusqu'où sommes nous prêt à sacrifier nos libertés au nom de la sécurité ?

La droite a répondu une nouvelle fois à cette question en adoptant le 23 janvier 2006 la loi relative à la lutte contre le terrorisme, présentée en novembre 2005 par le ministre de l'intérieur, Nicolas Sarkozy.

Les principales dispositions de cette loi sont simples : empiéter sur de nombreuses libertés individuelles, au nom des exigences de la sécurité. Ainsi, la vidéo surveillance est généralisée et les personnes morales de droit privé, qui estiment être l'objet d'opérations préparatoires à des actes de terrorisme (ce qui peut regrouper de nombreuses possibilités), pourront poser des caméras de vidéosurveillance filmant la voie publique aux abords de leurs bâtiments. Cela sous le seul contrôle de l'autorité préfectorale.

Ensuite, les données techniques issues des communications électroniques pourront être exploitées; même s'il ne s'agit pour l'instant que des données techniques, à l'avenir, les données de contenu pourraient également être concernées. Un système automatisé des données appartenant aux compagnies aériennes et concernant les déplacements des individus doit être crée ; permettant ainsi de connaître à tout moment l'endroit où se trouve une personne.

 Les services de police pourront également et de manière plus large, accéder aux informations contenues dans les fichiers administratifs du Ministère de l'Intérieur. 

 Le Mouvement des Jeunes Socialistes dénonce fermement cette dérive ultra sécuritaire qui systématise la surveillance, le suivi et le fichage des personnes. L'équilibre entre sécurité et liberté est un équilibre fragile dont l'effondrement peut entraîner des conséquences graves. Nous demandons à ce titre l'abrogation de cette loi.

 

Commenter cet article